Ecoute telephonique est ce une preuve

II y a donc parfois un équilibre à trouver entre l'intérêt privé du secret et divers intérêts d'ordre général de prévention et de répression d'infractions pénales ou encore de défense de l'intimité de la vie privée. Aucun texte particulier ne réglemente en France l' audio-surveillance. Il y a là une lacune qui a souvent été dénoncée 1.

Malgré cette lacune, la pratique de l' audio-surveillance est une réalité et elle a, sous certaines conditions, été approuvée par la jurisprudence, en même temps que ses effets sur le plan procédural étaient précisés. Ce sont ces deux aspects du problème de l' audio-surveillance qui feront l'objet des deux parties de ce rapport.

Le caractère privé de la communication

Licéité de l'audio-surveillance. Les quelques textes qui soulèvent le problème de P audio-surveillance ont pour objet de l'interdire et non pas de la réglementer.

« L’écoute n’est pas une preuve absolue ! »

L'article L. Ces règles ne tranchent pas cependant de manière nette les cas d'audio- surveillance qui pourraient se trouver justifiés par une permission de la loi et bénéficier ainsi d'un fait justificatif. Nous allons considérer le problème au sujet des écoutes judiciaires, administratives et privées. Ecoutes judiciaires. II est de nombreuses infractions pour la découverte desquelles des écoutes téléphoniques constituent presque une nécessité : proxénétisme, trafic de drogue, trafic d'armes notamment. Le téléphone constitue un très efficace moyen de concertation entre les délinquants.

Cependant, quelque tentant que cela puisse être pour la police, il est admis qu'un officier de police judiciaire qui procéderait de sa propre initiative à des écoutes téléphoniques au cours d'une enquête préliminaire commettrait un acte illicite. On raisonne par analogie avec la saisie de la correspondance : un. La Cour de cassation s'est prononcée sur ce point dans un arrêt du 4 janvier interprété par à contrario. Il précise qu'est légal — dans une affaire de persécution téléphonique — la pose d'un appareil ayant pour but et pour résultat non d'intercepter les communications téléphoniques mais de déterminer l'origine des appels et d'en identifier l'auteur 2.

Ecoute telephonique preuve

Par à contrario, les commentateurs de l'arrêt ont déduit que l'usage d'un appareil pour intercepter des communications était illicite. En matière d'enquêtes de flagrance certains auteurs ont estimé que l'écoute pouvait être légitimée en raison de l'analogie avec la saisie des lettres. Mais cette position est controversée et il n'y a pas de jurisprudence de la Cour de cassation en la matière 3. En revanche, après l'ouverture d'une information, un arrêt de la Chambre criminelle de la Cour de cassation du 9 octobre affirme le principe de la légalité des écoutes téléphoniques, lorsqu'elles sont ordonnées par un juge d'instruction.

Il peut donner à cet effet commission rogatoire à un officier de police judiciaire de mettre un suspect sous écoute 4.

15 Signes Que Ton Téléphone a Eté Piraté

La jurisprudence est donc bien fixée sur ce point et toutes les juridictions adoptent maintenant la jurisprudence de la Cour de cassation. Cependant, celle-ci fait l'objet de nombreuses contestations en doctrine. Sans doute, le juge d'instruction dispose-t-il des plus larges pouvoirs, mais à condition que soient respectés les droits de la défense.

Les écoutes téléphoniques ne se prêtent pas au formalisme prévu par la loi pour les interrogatoires ou les auditions où la présence d'un avocat constitue une garantie sérieuse. En outre, les conversations surprises peuvent se situer entre le délinquant et son avocat et une telle écoute violerait les droits de la défense et serait contraire à l'ordre public. On a également invoqué l'article 8 de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales, mais la Chambre criminelle de la Cour de cassation dans un arrêt Kruslin du 23 juillet a décidé que la décision pour un juge d'instruction de recourir à des écoutes n'était pas contraire à l'article 8 de la Convention européenne 5.

En présence de toutes ces difficultés, tout le monde pense qu'il serait particulièrement opportun qu'une loi vienne réglementer les écoutes que l'on s'accorde à considérer comme pratiquement indispensables. Ecoutes administratives. Elles sont utilisées en dehors d'une intervention du juge d'instruction par des autorités administratives agissant en cette qualité.

Elles peuvent agir en application de l'article 30 du Code de procédure pénale qui donne aux préfets des départements des pouvoirs en matière de crimes et délits contre la sûreté de l'État. Certains estiment que ces pouvoirs sont calqués sur ceux des officiers de police judiciaire et ils ne pourraient alors faire procéder à des écoutes, sauf le cas discuté de flagrance.

Mais d'autres pensent que l'article 30 confère aux préfets les mêmes pouvoirs qu'un juge d'instruction. Rien ne s'opposerait alors selon ces auteurs à ce que le préfet puisse utiliser les écoutes pour les atteintes à la sûreté de l'État. Cette solution appelle du reste de la part d'une certaine doctrine les mêmes réserves que celle adoptée pour les écoutes judiciaires et que nous avons signalées plus haut.

En dehors du cadre de l'article 30, des écoutes sont en fait exécutées par les services civils et militaires chargés de prévenir les atteintes à la sûreté intérieure et extérieure de l'État. Elles peuvent être ordonnées par un ministre, en principe avec l'autorisation du Premier Ministre. De telles écoutes, non seulement pratiquées, mais reconnues par les pouvoirs publics 7 sont illégales même autorisées par le Premier Ministre.

Quelles limites à ces dispositifs ?

A fortiori celles — et elles existent — qui ne bénéficieraient pas d'une telle autorisation. Elles contreviennent en effet à l'article L. L'article du Code pénal qui frappe les interceptions volontaires et l'enregistrement de conversations touchant à l'intimité de la vie privée pourrait lui aussi être appliqué.


  • L’enregistrement des conversations – Jubel!
  • Ai-je le droit d’écouter les conversations téléphoniques de mes salariés ? - Éditions Tissot!
  • L’enregistrement comme moyen de preuve au pénal : Si, c’est possible !.
  • localiser un portable iphone 6 Plus.
  • Cadre légal des écoutes téléphoniques!
  • Écoutes téléphoniques | altiohebugderf.cf.

Le fait justificatif qui serait tiré des pouvoirs de l'instruction ne peut être ici utilement invoqué. L'article 8 de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales pourrait aussi être invoqué ; la Cour. La jurisprudence n'offre cependant pas l'exemple de sanctions de ces illégalités car la preuve de ces écoutes est pratiquement impossible à faire par les victimes Là encore, en présence de certaines nécessités concrètes de la vie politique actuelle, notamment en raison du terrorisme, une loi serait souhaitable qui définisse avec précision les conditions dans lesquelles de telles écoutes seraient possibles et avec quelles garanties pour les écoutés.

De telles lois existent aux U. Elles pourraient suggérer d'utiles mesures. Ecoutes privées. A l'aide d'appareils divers micro, dérivations, etc. La loi du 17 juillet tendant à renforcer la garantie des droits individuels des citoyens a prévu dans l'article du Code pénal un délit d'espionnage audio-visuel de l'intimité de la vie privée L'article a été fréquemment appliqué à des écoutes familiales 12 ou commerciale Le délit n'existe que pour l'enregistrement des paroles prononcées dans un lieu privé On voit en résumé que le problème de la licéité de l' audio-surveillance, faute d'avoir fait l'objet d'un texte particulier en droit français donne lieu à bien des incertitudes.

Celles-ci ont inévitablement des répercussions lorsqu'on examine l'utilisation des écoutes comme mode de preuve.

Les écoutes téléphoniques au coeur du procès Viguier

L'utilisation de l'audio-surveillance en procédure pénale. L'idée générale en la matière est que l'utilisation des écoutes ne doit pas mettre en péril les conditions d'exercice des droits de la défense Ruses et artifices. II est un principe général qui commande l'instruction en droit français, c'est qu'elle doit être exempte de ruses et d'artifices Lors de la célèbre affaire des légions d'honneur où le gendre du président Grévy avait été soupçonné d'un trafic de ces décorations, le juge d'instruction avait téléphoné à celui-ci en se faisant prendre pour un autre. Il fit l'objet d'un blâme et l'instruction lui fut retirée en raison de l'emploi de ce stratagème Plus tard, une affaire analogue se présenta où pour confirmer les soupçons de corruption à l'égard d'un fonctionnaire, la police agissant sur commission rogatoire eut l'idée de faire téléphoner au suspect par un tiers.

Sur la base du résultat de ce coup de téléphone qui avait été enregistré, le suspect fut poursuivi et condamné. Si la mesure n'est plus fondée, elle doit cesser avec effet immédiat, au vu de l'atteinte extrêmement grave à la personnalité art. Un article de Me Sylvain Métille, docteur en droit et avocat, a été publié dans la revue Plaidoyer de février au sujet de l'importance de l'information de la personne qui a fait l'objet d'une surveillance.

Cela pousse à respecter la procédure dans tous les cas ; cela permettrait aussi de limiter les écoutes illégales.

Respecter notre engagement

Une preuve récoltée illégalement par une autorité peut-elle quand même être exploitée? L'autorité doit être loyale, de bonne foi dans sa collecte de données art. Le CPP ne parle que des violations par l'autorité.

Il n'y a pas de règles précises pour les privés, donc il faudra trancher la question de cas en cas. En cas d'apport de preuve illégale, il faut distinguer la violation par le particulier d'une disposition pénale on pensera ici aux art. On ne doit pas admettre la preuve lorsque l'autorité n'aurait pas pu obtenir cette preuve elle-même, pour diverses raisons.